ETUDE EUROPEENNE SINPHONIE SUR L’AIR EN MILIEU SCOLAIRE

ETUDE EUROPEENNE SINPHONIE SUR L’AIR EN MILIEU SCOLAIRE

ETUDE EUROPEENNE SINPHONIE SUR L’AIR EN MILIEU SCOLAIRE

                                                                                          

 

Le projet Sinphonie*,   financé par la Commission européenne nous donne les premiers résultats sur la qualité de l’air relevé dans 114 écoles situées dans 23 pays européens. Cette étude témoigne de l’importance d’une ventilation plus systématique des établissements scolaires, comme il est désormais fortement recommandé.
      

Pour les particules fines (PM2,5) : seuil OMS à long terme  de 10 µg/m3. Parmi les 114 écoles évaluées, réparties entre 23 pays européens, la valeur médiane, au-dessus de laquelle se situent 50% des établissements, est de 37 µg/m3 d’air donc 85% des 5.175 écoliers respirent un air dont la teneur en PM2,5 dépasse le seuil, et 65% celui de 25 µg/m3 -pour l’exposition à court terme. Quant au CO2( gaz carbonique ) le taux médian  est de 1.257 ppm, alors que l’OMS conseille de ne pas dépasser la valeur de 1.000 ppm.

 Pour le radon : environ 50% des enfants sont au-dessus du seuil de 100 Becquerel/m3

Pour le benzène presque 25% dépassent le seuil de 5 µg/m3, pour le formaldéhyde plus de 60% dépasse celui de 10 µg/m3.

Isabella Annesi-Maesano, de l’Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique (UMR-S 1136, Inserm/université Pierre-et-Marie-Curie, Paris), indique que ces résultats sont en cours d’analyse, notamment afin de mieux connaître les liens entre qualité de l’air intérieur d’une part, problèmes sanitaires et troubles de l’apprentissage d’autre part. Cependant on peut constater simultanément que pour 86% des enfants, le taux de ventilation est inférieur à la valeur recommandée de 4 litres/seconde, phénomène aggravé par un fréquent manque de place.

Quant aux retombées sanitaires, les chercheurs évoquent des crises d’asthme (3,6% des enfants en ont déjà subi une à l’école), ainsi que des irritations nasales et cutanées, des maux de tête, d’autant plus fréquents dans les écoles les plus polluées. Déjà les chercheurs observent plusieurs effets sanitaires -essoufflement, toux, sifflements dans la poitrine, bronchopneumopathie chronique obstructive dès que la qualité de l’air diminue, même lorsque les normes sont respectées.

volet Français étude ISAAC

     

Quelle est la relation entre la mauvaise qualité de l’air intérieur et la santé allergique et respiratoire des enfants des écoles françaises? L’équipe Epidémiologie des Maladies Allergiques et Respiratoires (EPAR) d’Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche Inserm dans l’unité mixte de recherche 707 “épidémiologie, systèmes d’information, modélisation” (Inserm/UPMC) vient de publier dans la revue Thoraxles résultats de son étude sur la qualité de l’air à l’intérieur de 108 écoles primaires réparties dans 6 villes françaises. Bien que la qualité de l’air intérieur varie en fonction des écoles et des villes, les chercheurs révèlent qu’environ 30% des 6590 enfants suivis, soit 3 enfants sur 10, sont exposés à des niveaux des principaux polluants atmosphériques supérieurs aux valeurs guides recommandées par l’OMS et l’ANSES (1). Cette exposition est associée à une augmentation de l’asthme et des rhinites chez les enfants scolarisés, les plus à risques étant les enfants allergiques.

     

 

Commission européenne Direction générale de la santé et des consommateurs Direction générale Centre commun de recherche – Institut pour la santé et la protection des consommateurs, Courriel: JRC-IHCP-CAT@ec.europa.eu

Des renseignements supplémentaires sur la direction générale de la santé et des consommateurs: http://ec.europa.eu/dgs/health_consumer/index_fr.htm

Des renseignements supplémentaires sur le Centre commun de recherche sont disponibles à l’adresse: https://ec.europa.eu/jrc/

Résumé Le présent document décrit le cadre des lignes directrices pour des environnements sains dans les écoles européennes qui a été élaboré par le projet SINPHONIE (Schools Indoor Pollution and Health – Observatory Network in Europe). Son objectif est de constituer un guide de référence qui rassemble de façon cohérente et exhaustive les connaissances les plus récentes, à la lumière des résultats du projet SINPHONIE. Cela couvre les principaux facteurs de risque et les stratégies de prévention, de contrôle, d’assainissement et de communication pour un environnement scolaire sain en Europe. Ces lignes directrices pour des environnements sains dans les écoles européennes s’adressent tout d’abord aux décideurs concernés au niveau européen et national, ainsi qu’aux autorités locales qui souhaitent améliorer l’environnement scolaire intérieur dans leur pays, tout en respectant les spécificités (environnementales, sociales, économiques) de leurs situations nationales et locales. Un deuxième groupe cible susceptible de bénéficier directement des lignes directrices se compose des concepteurs et gestionnaires des bâtiments scolaires (chargés de leur conception, de leur construction et de leur rénovation), des écoliers et de leurs parents, des enseignants et autres membres du personnel des écoles. Il est conseillé aux utilisateurs de consulter dans un premier temps les orientations nationales pertinentes et de se servir de la présente publication pour obtenir des informations complémentaires.